Fragments du monde, instants fulgurants, Gaël Bonnefon capte les éclats du quotidien. Il en ressort un matériau brut, sans apprêt, avec lequel l’artiste recompose une vision du monde entre noirceur et éblouissement.
Le traitement de l’image est rude, parfois brutal; il se joue de l’aléatoire et de la matérialité du support photographique. La couleur y tient un rôle prédominant, souvent explosée, parfois éteinte, elle emporte l’image dans ses confins.
Dans un accrochage à chaque fois renouvelé, Gaêl Bonnefon propose une vision sans illusion sur un monde tragique et sombre. S’il porte un regard insolent et sauvage sur la tragédie humaine qui nous étreint, celui-ci est transpercé par des émerveillements soudains comme des brisures dans l’écoulement spectral et incertain des choses.
Entre ombre et lumière, l’artiste dessine un monde inspirè mais surtout sans affèterie.

Vernissage le samedi 9 juillet à 11h.