Objectif découverte du Parc naturel régional des Pyrénées catalane

En passant

Dans le cadre de l’éducation à l’environnement et au développement durable, grace au dispositif Objectif découverte du Parc naturel régional des Pyrénées catalane, le photographe Claude Belime est sorti avec l’association Nataph et ses joelettes et les élèves de l’IME Les isards d’Osseja pour une découverte des paysages de Nyer et leurs changements.

 

 

 

 

 

 

 

Ateliers scolaire.

En passant

Interventions scolaires dans le cadre du Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes :

Dispositif de l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) Objectif Découverte.

5 interventions ont été menées sur le territoire du PNR dans le cadre de l’approche des paysages.
L’intervention intitulée « Photographe, créateur de paysage » vise, à travers une approche ludique des paysages, à comprendre notre place dans la réalité de ceux-ci, mais aussi à comprendre la photographie et ses notions de base (mise au point, diaphragme et profondeur de champ et vitesse) et son rapport ambigu à la réalité.
Nous sommes intervenus dans les classes suivantes :
– CP des Angles avec la professeure Monique Vergès
– CP-CE1-CE2 d’Odeillo-Font Romeu avec la professeure Claire Maury
– CM1-CM2 de mont Louis avec les professeures Virginie Lejanvre et Viviane Ferrer
– 3e du Lycée climatique et sportif de Font Romeu avec la professeure Catherine Basso

Via la photographie, les enfants sont amenés à découvrir les paysages du PNR et à les représenter en s’appuyant sur une histoire, un conte, une légende qu’ils créent. À travers l’interprétation et la recomposition de leurs paysages, ils abordent leur imaginaire et découvrent la subjectivité et les grands principes de la photographie.
Les enfants sont photographiés, et, grâce à un tour de passe-passe de l’artiste, prennent corps dans leurs scènes (fabrication de petites figurines) construites en trois dimensions, en classe, avec les matériaux collectés ou apportés.

 

 

 

 

 

 

Interventions au Lycée professionnel Alfred Sauvy de Villelongue dels Monts :
Nous sommes intervenus sur l’ensemble de l’année scolaire dans cet établissement à la fois dans les classes, mais aussi les ateliers et l’internat.
– Dans les classes de Julie Sanz et de Nadine Carlevato, nous avons réalisé un atelier de lecture d’images. Ler but étant d’ouvrir les élèves sur l’importance des représentations et la polysémie des images notamment dans le cadre de l’approche des métiers et de leurs représentations.
Cela étant couplé à une réflexion sur les images utilisées pour la réalisation de leurs rapports de stage. Les classes concernées, troisième préparation professionnelle, sont des classes difficiles où la majorité des élèves ont un rapport difficile au monde scolaire. Néanmoins, et grâce notamment à l’implication des professeurs, nous avons noté une adhésion des élèves.
– Dans la classe de Liliane Lescure, 3° PP, nous sommes intervenus à la suite d’une approche par la professeur de la littérature surréaliste, pour la réalisation d’images avec le dispositif de création de scènes reconstruite.

 

 

 

 

 

 

– Dans la classe de Thérèse Puig, première, les élèves ont imaginé puis réalisé et photographié des scènes pour illustrer les histoires qu’ils avaient écrites en classe avec leur professeur.

 

– Travail de création. Le photographe Claude Belime est intervenu dans tous les ateliers pour un travail de représentation des élèves dans leur travail et dans leur diversité. Voici quelques images :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La restitution a eu lieu sous forme d’affichage sur les murs internes du lycée à la rentrée 2018.

 

 

 

 

 

 

 

– Travail avec les internes :
Un travail sur la représentation et la pratique photographique a été initié avec les élèves de l’internat. .

 

 

 

 

 

 

 

Interventions scolaires dans le cadre du Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes 2019:
Dispositif de l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) Objectif Découverte 2019 :

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi que dans deux classes de quatrième au collège Pierre de Coubertin de Font-Romeu :

 

 

 

 

 

Ateliers culture justice.

En passant

INTERVENTION AU CENTRE PÉNITENTIAIRE DE PERPIGNAN

– intervention chez les hommes :
En mars et avril 2018, un atelier a été mené au centre pénitentiaire de Perpignan, auprès d’un groupe composé de 10 hommes, autour de l’autoportrait. Le travail réalisé avec les hommes a commencé par une présentation par l’artiste d’une série d’oeuvres contemporaines en photographie de différents artistes et a ensuite mené un atelier de réalisation d’autoportraits métaphoriques (l’administration pénitentiaire interdisant toute image sur laquelle on pourrait reconnaitre un détenu).

Sur les 35 détenus s’étant inscrits au départ, 10 ont été tirés au sort et seul, un n’a pas terminé les séances menées par l’artiste en résidence Alexandra Serrano en résidence cette année à Lumière d’Encre, accompagnée par le photographe Claude Belime.

Regard : Vu d’ici, vu d’ailleurs.
Regarder la prison de l’intérieur, porter un regard sur son quotidien, sur ses émotions et ses frustrations pour parvenir à dépasser « l’ici » et s’imaginer ailleurs, loin des quatre murs de la prison et vivre ainsi un bref instant d’évasion. Au cours des 10 heures d’interventions réalisées au sein du centre pénitencier de Perpignan, les détenus ont été invités à utiliser le médium photographique comme moyen de réflexion sur le thème de l’identité et l’image de soi, apprenant ainsi s’exprimer autrement par des mots.
Après une initiation technique et théorique à la photographie, les participants ont élaboré ensemble des mises en scènes et compositions à l’aide de dessins, de projections, de symboles, d’objets et d’accessoires qu’ils ont ensuite photographiés. Tour à tour, les détenus ont ainsi pu endosser le rôle de modèle et de photographe donnant ainsi une place à leurs corps, à la fois sur le plan réel que sur le plan imaginaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il en a résulté une série de photographies présentées à la Médiathèque de Perpignan dans le cadre d’une exposition des différents ateliers du dispositif Culture-Justice, dont le vernissage a eu lieu le vendredi 29 juin à 14h.

 

 

 

 

 

 

 

– Intervention à la Maison d’Arrêt des Femmes :
Après une séance de présentation du dispositif grâce à l’utilisation de la «boite noire», permettant de comprendre toures les possibilités de la proposition, nous projetons des images réalisées selon ce processus par d’autres artistes et par des élèves dans d’autres ateliers.

Nous avons abordé, avec la présence de l’enseignant Nicolas, les thèmes possibles. Pendant les 3 séances suivantes, les détenues, au nombre de 10 au départ, et de 8 à la fin (car deux libérations ont eu lieu entre temps), ont écrit chacune ou à plusieurs, une histoire que nous avons ensuite illustrée après la réalisation d’un story-board.
Enfin, après les prises de vues pour réaliser les figurines et la découpe de celles-ci par le photographe, les personnes détenues ont réalisé et photographié les scènes. Enfin, pour garder une trace, nous avons produit un livre qui a été remis aux détenues fin juillet. Il comporte un making-of afin de pouvoir expliquer la réalisation des images.

Ateliers 2016/2017

En passant

Intervention dans le cadres des BTS Communication au Lycée Maillol de Perpignan.
Intervention désirant mettre en perspective et en pratique le médium photographique auprès d’élèves tournés vers la communication publicitaire.
Programme:
– Qu’est-ce qu’un appareil photo : notion technique de base, quels outils pour quoi faire.
– Construction et déconstruction de l’image : du classicisme au postmodernisme.
– De la propagande à l’art, utilisation de l’image.
– L’image dans son contexte, une image parmi les autres, agencement et présentation.
– Importance de la culture visuelle

Atelier pratique, prise de vue et éditing sur deux propositions de prises de vues dans leur milieu :
– Photographier l’architecture et le paysage, entre document et impression.
– Le portrait dans son milieu.

Intervention dans le cadre «Art en poche» après des CM1-CM2 de l’école Fénelon de Perpignan :
Intervention sur la construction, la mise en œuvre et l’utilisation du sténopé, avec la mise en place d’un laboratoire sur place et l’édition d’un petit livre à la fin.


Lien de téléchargement du livret : http://www.lumieredencre.fr/wp-content/uploads/2017/12/Livre-leger-blc.pdf

Atelier «Photographes, créateurs de paysages» :

Dans le cadre des classes vertes du Mas Bresson de Perpignan :
Avec la classe de CE2-CM1 de Mme Simon de l’école élémentaire Blaise Pascal nous avons réalisé un livre dont voici le lien de téléchargement : http://www.lumieredencre.fr/wp-content/uploads/2017/12/Livre-Mas-Bresson-Blaide-Pascal.pdf

 

Avec les classes des écoles Hélène Boucher et Georges Dagneaux à Perpignan dans le cadre du CTEAC avec la bibliothèque Barande :

Lien de téléchargement du livre produit avec les CM1-CM2 de la classe de Carole Duhale de l’école Hélène Boucher : http://www.lumieredencre.fr/wp-content/uploads/2017/12/Livre-A5-horizontal-Bib-Barande-Ecole-H-Boucher-Carole-Duhale-2016-2017-V1-leger.pdf

Lien de téléchargement du livre produit avec les CM1-CM2 de la classe de Marie Bruguière de l’école Georges Dagneaux : http://www.lumieredencre.fr/wp-content/uploads/2017/12/Livre-Ecole-G-Dagneaux-Marie-Burguière-CM1-CM2-2016-2017.pdf

Ateliers 2014/2015

En passant

Intervention scolaires

La première intervention scolaire a eu lieu le mercredi 17 décembre. Accompagnée de Claude Belime, Géraldine Lay est intervenue à la maternelle de Saint-Hippolyte le 17 décembre pour une présentation de la chambre photographique de son fonctionnement. Après cette approche ludique des notions de base de la photographie, des concepts du proche et du lointain pour la prise de vue, les enfants ont préparé les sténopés.
Par groupe de dix, ils ont chargé les sténopés de papier photosensible, puis sont allez réaliser une image dans la cour de l’école. Chaque élève à pris une photo en fixant son sténopé sur un trépied puis en choisissant un point de vue. Une soixantaine d’images ont été réalisées puis chaque élève a développé son image dans un laboratoire installé dans une des salles de l’école.
En voici quelques exemples, d’abord les négatifs développés au sortir de la boite noire, puis après positivation :

1Phots positivées

Phots positivées 9 Phots positivées 3

Géraldine Lay est de nouveau intervenue les 24 mars et 29 mai avec 3 classes de l’école de Saint Hippolyte.
Elle a développé le projet que nous avions mis en forme avec les enseignants : Images du village : approcher l’image et notamment l’image de la ville par la pratique et la photographie par la création.
La résidente a montré son travail et par la discussion avec les élèves a évoqué la lecture d’image, les notions de point de vue, la plongée et la contre-plongée, le cadrage, la notion d’échelle, le proche et le lointain, le flou et le net… mais aussi la représentation de la ville, les bâtiments, la nature en ville, la limite ville-campagne…
De cette discussion elle a édité les consignes qui ont permis aux élèves de travailler avec leurs professeurs et de faire des photographies exploitées dans un troisième temps, celui de l’éditing pour la préparation de l’exposition qui a eu lieu fin juin à l’école.

P1030859 P1030861 P1040725

Avant la dernière intervention, les différentes classes sont venues à Céret, le 7 mai, pour visiter le Musée d’Art Moderne et l’exposition des trois dernières résidences de Lumière d’Encre qui avait lieu à la Capelleta. Claude Belime et Jean-Claude Liehn ont accompagné leur visite et fait intervenir les enfants sur les photographies exposées (les différents points de vue, l’usage de la couleur et du noir et blanc, les différents artistes présentés, la compréhension de l’image…)

07 mai 2015-5442 07 mai 2015-5447 07 mai 2015-5466 07 mai 2015-5487 07 mai 2015-5490 07 mai 2015-5437

 

Déposition et regards sur la forêt

Dans le cadre des journées de la forêt en mars 2015, plusieurs travaux furent exposés dont ceux de Benoit Vollmer et de Jean-Claude Liehn. Dans ce cadre plusieurs classes furent amenées à visiter l’exposition sous la conduite de Claude Belime.

_-2IMG_2227 20032015-IMG_2228 OK

 

Ateliers 2015/2016

En passant

Accompagnée de Claude Belime, Maud Faivre est intervenue au lycée Bonsecours de Perpignan. La première réunion de mise en forme de l’intervention a eu lieu début février, deux projets étaient proposés conjointement.
Ensuite, Claude Belime est intervenu devant les élèves de la classe de seconde de la professeure Karine Tempier-Terrats ainsi qu’au Secours Catholique, le 7 mars pour mettre en place les deux actions, expliquer leurs déroulements et ouvrir les jeunes à la pratique de la photographie notamment avec un appareil argentique (données techniques, utilisation, protocoles…). Puis le 14, pour accompagner les élèves sur le chemin vers le secours catholique puisque l’idée était de mélanger les deux publics ; ainsi que pour lancer la campagne de prise de vue par tous les membres de la communauté éducative pour le mur d’images.

– Un mur d’images pour documenter la diversité

Le Lycée Notre dame de Bon Secours est un établissement qui accueille des élèves et du personnel enseignant et administratif venant d’un vaste territoire ; chacun apporte son identité et c’est l’apport de chacune de celles-ci qui fait la complexité, la richesse et la force de la communauté.
Dans une approche documentaire, nous proposons à l’ensemble de la communauté éducative (élèves, professeurs et personnel administratif) de participer à cette mise en évidence par la mise en images de la variété et de la richesse des paysages (urbains ou non) qui constituent leurs lieux de vie.
Le paysage est une construction culturelle complexe qui associe lieux et cultures. La multiplicité des paysages rend compte de la multiplicité et de la diversité des personnes du collectif. C’est cette diversité et ce mélange qui constituent le patrimoine humain et culturel fondamental de la collectivité.

Chaque personne est appelée à faire une prise de vue avec un appareil numérique. Pour favoriser la variété et une certaine objectivité, nous vous demandons d’appliquer un protocole précis aux prises de vues.
L’ensemble des photographies ainsi obtenues sera présenté sous forme d’un mur-mosaïque d’images mettant en évidence la variété qui signe la richesse de l’ensemble de la communauté éducative de l’établissement.
Il est important de suivre un protocole, le but n’étant pas de faire de « belles » images, mais des images avant tout documentaires. Ainsi il est fort probable que nous ayons dans l’ensemble des images, des poubelles municipales, des hangars, des maisons, des rues… mais aussi la mer, les arbres, la montagne…

Protocole :
Photographes : élèves, professeurs et personnel administratif, 1 photographie par personne
Appareils photographiques : personnel
Période de prise de vue : 7 mars au 15 avril 2016
Réalisation : les prises de vue devront être faites à hauteur de vue, si possible de face par rapport au paysage et directement à la sortie de l’habitat de chacun. On peut laisser comme marge, 50 mètres à droite et à gauche le la sortie de la maison ou de l’immeuble.
Remarque : Prise de vue frontale et éviter l’utilisation d’un grand-angle.
Les images numériques seront collectées (en salle des professeurs, à l’animation, au CDI, à la Vie Scolaire, à l’Administration) par K. TEMPIER (référent projet), A.MORENO, J. RESTIVO, P.MORIN, A. LLANTA, E. GARCIA, P. GRILLOT, M. MANCINI, AI COURTEL.

Résumé : Vous sortez de chez vous et vous faites une image, debout, face à ce qu’il y a devant…
Chacun un paysage, un paysage pour tous – Faites une photo devant chez vous

Quelques images :

Affiche V1Rapport d'activité 2016 web 9

– Ping Pong Conversation
« Un petit rond pour observer le grand univers »

Le protocole :
Dans une boîte se trouve un appareil photographique argentique chargé d’un film noir et blanc, ainsi qu’un carnet de notes et un stylo.
Le territoire à explorer se situe entre le Lycée Bon Secours et le Secours Catholique.
Le premier élève photographie une première image sur ce parcours. Il décrit ensuite celle-ci de mémoire dans le carnet. La description est libre : phrases, mots-clés ou croquis.
L’élève suivant s’empare de l’appareil photographique et du carnet et, en fonction de ce qu’il y comprend et interprète, prend à son tour une image, avant de confier appareil et carnet au troisième élève de la chaîne. Et ainsi de suite.
À la trente-sixième pose, la pellicule est développée et on découvre enfin les images.
Celles-ci ont entre elles un lien géographique, mais aussi, suite aux annotations du carnet, formel et thématique.
Dans l’ensemble des images produites, la végétation comme les graffitis sont des motifs fréquents. Barrières, portails, grillages ponctuent la planche contact, mais y surgissent également un vélo suspendu, une fontaine d’amour ou un œil colossal : le banal côtoie l’onirique.
C’est à partir de ce corpus photographique hybride que les élèves, regroupés par quatre ou cinq, se sont réapproprié ces images pour raconter leur histoire. Et c’est ainsi qu’avec des outils simples et accessibles (papier, photocopies, colle, ciseaux et scotch), ils ont réalisé les cinq maquettes de livres ou d’affiches, maquettes toutes singulières et surprenantes dans leur
forme et dans leur contenu qui ont été exposées pendant la journée de la Foire d’Art Contemporain qui a eu lieu le 13 mai au lycée.

Chronologie :
Lundi 21 mars, 11h à 12h30 :
Présentation du travail artistique de Maud Faivre sous forme de projection aux élèves et enseignants participant au projet Alter-Égaux. Présentation de la chambre photographique, en regardant sur le verre dépoli l’image qui se reflète à l’envers.
Récupération la première bobine, la développe et en tire la planche contact.
Mardi 22 mars, 13h à 17h :
Découverte par les élèves de la planche contact et des images réalisées. Discussions autour de ces images. Agrandissements par photocopie des photographies de la planche contact.
Récapitulatif autour du projet Ping Pong Conversations, questions-réponses.
Présentation des différents modes de reliure à travers des références de livres de photographes : journaux de Little Brown, Mushroom (Alec Soth et Brad Zellar), Paloma al aire de Ricardo Cases, Noroc de Cédric van Turtelboom, Holy Bible de Broomberg & Chanarin, In The Car With R de Rafal Milach, You Haven’t Seen Their Faces de Daniel Mayrit.
Les élèves se regroupent par 4 ou 5 et commencent à éditer les images et à réfléchir à un thème sur lequel travailler à partir des photographies et des textes déjà réalisés.
Lundi 9 mai, 11h à 12h30 :
Discussions, réflexions autour des maquettes réalisées et améliorations éventuelles. Rédaction des textes d’intention des projets par chaque groupe d’élèves.
Vendredi 13 mai, 10h à fin de l’exposition :
Avec Vincent, montage de l’exposition Ping Pong Conversations et de la Mosaïque des Paysages. Présentation au public des maquettes et de la mosaïque sur table et projection du livre collectif, lors de la foire d’art contemporain.

Remarques :
Le livre collectif regroupe l’ensemble des prises de vues et des textes réalisés par les élèves suivant le protocole décrit sur la fiche de présentation. L’ordre ainsi que les textes ont été retravaillés avec Karine Tempier-Terrats pour aboutir à une autre histoire. Une histoire du quartier vu par les élèves.
C’est ainsi qu’un protocole strict (= territoire à explorer prédéfinit et succession des images réalisées en prenant en compte la précédente) est intéressant, car il amène une cohérence dans le corpus de photographies, tout en acceptant des libertés d’interprétation et de remise en forme texte-images.
La richesse du corpus d’images a permis la diversité d’approche des livres réalisés par les élèves. Et c’est ainsi qu’une photographie, selon le contexte dans lequel elle est amenée, peut avoir des sens différents.

Quelques images :

IMG_20160411_114225 IMG_20160411_114312 IMG_20160411_120219 IMG_20160411_120239

FAC Bon Secours Carton recto Intervention Bon Secours LE 2016-4315 Intervention Bon Secours LE 2016-4349 Intervention Bon Secours LE 2016-4321

Intervention Bon Secours LE 2016-4348 Intervention Bon Secours LE 2016-4340 Intervention Bon Secours LE 2016-4338 Intervention Bon Secours LE 2016-4337 Intervention Bon Secours LE 2016-4328

Ensemble,

Vivre ensemble, partager, construire un commun, ouvrir sur de nouvelles
perceptions, construire un avenir, avancer dans notre imaginaire et notre compréhension du monde, c’est quelques’un des défis de l’art. La photographie, dans ce qu’elle est indexée au réel et l’une des plus belles, mais aussi des plus complexes voies pour nous ouvrir au monde.

Que ce soit en voulant représenter la multitude des paysages qui sont les nôtres comme représentation de la richesse, de la complexité et de la valeur d’une communauté comme celle du Lycée Notre dame de Bon Secours par la réalisation d’une mosaïque ;
Que ce soit en interrogeant notre proche environnement pour nourrir nos imaginaires personnels et ensemble réaliser une œuvre commune ;
Que ce soit en créant des liens entre des univers qui parfois s’ignorent, en essayant de relier les jeunes du lycée à ceux qui fréquentent le Secours Catholique ;
Ce projet est une pierre ou plutôt représente un souffle que l’art peut insuffler à l’édification du monde de demain.

Il nous faut réenchanter le monde.

Ces deux projets ont été réalisés grâce à une excellente collaboration entre Lumière d’Encre (Céret) et sa résidente, le Lycée Bon Secours et le Secours Catholique (Perpignan), dans le cadre du projet Alter Égaux dirigé par Karine Tempier-Terrats.

Remarque :
Si le projet est une réussite sur presque toute la ligne, il ne faut pas négliger qu’un des objectifs secondaires était de faire rencontrer des jeunes du lycée privé Bonsecours et des jeunes fréquentant le Secours Catholique autour d’un projet photographique. Un seul jeune du côté du Secours Catholique a participé. Ce n’est pas suffisant et nous avons convenu de la plus grande difficulté à faire participer un public qui cherche d’abord à survivre. Pour y réussir, il nous semble important d’accroitre en amont l’implication dans l’organisme d’aide. Des considérations extérieures (retard au démarrage du projet, maladie de la référente au sein du Secours Catholique…) ont rendu difficile la réalisation de cet objectif. Mais à contrario, malgré ces difficultés, la coopération fut très bonne et a permis de belles réalisations.

Intervention Bon Secours LE 2016-4366

Fluent au lycée de Prades :

Ce travail sur l’eau et la vallée de la Têt, réalisé par Laetitia Donval lors de sa résidence en 2012-2013 à été montré au lycée Paul Renouvier de Prades du 7 mars au 16 avril :

Fluent pardes 2016 1 Fluent pardes 2016 2

 

Tot s’hi val au Palais des Rois de Majorque :

Dans le cadre de la semaine des Droits des Femmes, Lumière d’Encre a présenté, le 11 mars, le travail réalisé en résidence au Lycée Déodat de Séverac pendant l’année 2014-2015 de l’artiste Lénaïc Gras sur la prostitution. Ce travail réalisé avec des élèves de seconde économique et social a abouti à la publication d’un livre numérique qui a reçu le premier prix.
Cette présentation devant des jeunes et lycéens des Pyrénées orientales à eu lieu au palais des Rois de Majorque lors d’une journée thématique sur la lutte contre la prostitution. Cette journée s’est faite sous la présidence de la présidente du Conseil Départemental et de la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées et de la lutte contre les exclusions qui a fortement soutenu le projet.

11032016-Tot sh'i val1 11032016-Tot sh'i val2 11032016-Tot sh'i val3

 

Photographes, créateurs de paysages au Collège Pierre de Coubertin de Font Romeu :

Dans le cadre des « objectifs découverte » du Parc Naturel Régional des Pyrénées catalanes, nous sommes intervenus dans la classe de 6éme de Catherine Basso, professeur de français.

Via la photographie, les enfants seront amenés à découvrir des paysages de leur environnement proche, à jouer avec leurs composantes, afin d’exprimer ce que ces paysages font résonner dans leur imaginaire. Ils apprennent des éléments techniques de la photographie (ouverture, profondeur de champ, perspective…) d’une façon ludique et font appel à leur créativité en recomposant des scènes miniatures à partir d’objets détournés.
Avec leur enseignant, les enfants créent une histoire, puis avec l’aide de l’artiste, ils réalise un storyboard puis créent les images qui l’illustre en Interprétant leur environnement à leur manière. Ceci permet aux élèves de s’y inscrire (dans le temps et l’espace) et de mieux percevoir nos représentations culturelles ainsi que la subjectivité du regard photographique.

La restitution se fait en éditant un livre, téléchargeable ici.

Quelques images :

DSCF0218 DSCF0228 DSCF0234 DSCF0214

Ateliers 2013/2014

En passant

« Tot s’hi val ! »,
Quête hétérotopique – imagination de la ruine et de l’invisible.
Projet artistique et pédagogique en milieu scolaire
Le projet comporte plusieurs volets qui trouvent leur cohérence autour du travail universitaire déjà engagé par l’équipe dirigée conjointement par Sophie Avarguez et Aude Harlé, toutes deux maîtresses de conférences en Sociologie à l’Université de Perpignan Via Domitia et auteures de la publication : AVARGUEZ Sophie (dir.), HARLE Aude, JACQUEZ Lise, DE FISSER Yoshée, Du visible à l’invisible : prostitution et effets-frontière. Vécus, usages sociaux et représentations dans l’espace catalan transfrontalier, Baixas, Balzac éditions, Collection L’univers des discours, 2013.
Le lycée Déodat de Séverac à Céret a souhaité s’engager dans cette démarche en fédérant l’action de différentes institutions. Au cours d’une année scolaire, les élèves du lycée sont impliqués autour d’un double travail pédagogique et artistique avec au final une publication numérique de l’ensemble des travaux réalisés (publication coordonnée par l’artiste et le CDI du lycée).
La résidence a débuté au lycée Déodat de Séverac en ce début d’année scolaire, en septembre 2014, elle est menée par Lénaïc Gras, plasticienne.

Voir la suite dans la section résidence : « Tot s’hi val ! »

 

Intervention des résidents Anne-Claire Broc’h et Gilles Pourtier à l’école primaire d’Estagel

Le programme réalisé par les artistes fut le suivant:
Après la présentation des travaux des photographes et notamment le diaporamas de nos séries sur les adolescents et la présentation de leur travail sur l’Agly, ils ont abordé avec les enfants la technique et l’histoire photographique:
– comment fonctionne un appareil photo ?
– présentation de nos appareils photo
– petits, moyens et grands formats
– quel est l’année de l’invention de la photo ?…
Ensuite ils ont précisé le vocabulaire photographique:
– flou et netteté / mise au point
– le cadrage : – proche et lointain – les plans – cadrage frontal – plongée et contre-plongée
– couleur et noir et blanc

IMG_9559 IMG_9553

Dans un second temps fut mis en place le projet sur le thème du village d’Estagel avec comme résultat souhaité la réalisation d’un livre dont les grandes étapes furent:
1- récolte de photos anciennes
2- prises de vue avec pour sous-thématiques : le village et ses habitants – le village et vous – les paysages – la rivière

Après avoir rassemblé l’ensemble des éléments apporté par les élèves (document et photos réalisées suivant les consignes des artistes) et devant le manque de temps pour réaliser un éditing contradictoire et la construction de la maquette avec les élèves, Anne-Claire broc’h et Gilles Pourtier ont préparé le choix des images et la maquette du livre. Ils sont ensuite retournés en classe pour présenter le projet de livre et de la mise en page de la maquette sur le logiciel Indesign et visionner ensemble les photos prise avec les élèves.
Les élèves des deux classes ont reçu chacun un livret imprimé, en voici quelques images, il est téléchargeable à l’adresse suivante:
Livret des classes d’Estagel 2014

 

Intervention des résidents Anne-Claire Broc’h et Gilles Pourtier à l’école maternelle de Saint-Hippolyte

Avec les sections moyenne et grande de l’école maternelle de Saint-Hippolyte, l’approche fut légèrement différente du fait de l’age des élèves. Il est a noter la forte implication du corps professoral ce qui a permit la réussite de ce travail.
1- présentation de nos appareils photo
– petits, moyens et grands formats
-le cadrage par l’utilisation de la fenêtre en carton
2- idée du cadrage, de la distance avec la fenêtre, le proche ou le lointain
3- le noir et blanc
4- présentation du travail sur l’Agly

IMG_9528 IMG_9516

Les enfants avaient déjà réalisé des images sur l’eau comme il avait été prévu lors de la mise en place de l’intervention avec les professeurs. Ensemble, avec les artistes, il fût alors abordé les photos des enfants, qui avaient été préalablement envoyées aux résidents.
Les notion préalablement abordées furent reprises pour chaque photo:
– qui est l’auteur ?
– quel est le sujet ?
– quel cadrage ? proche ou lointain ?

En guise de conclusion il fut posé la question suivante : Est ce possible de photographier l’eau ?
A la suite de quoi, Anne-Claire Broc’h et Gilles Pourtier posèrent les nouvelles consignes pour les photographies suivantes que devaient réaliser les enfants pour le projet d’exposition sur le thème de l’eau. Ces photos furent prises durant la sortie scolaire à l’étang de Leucate:
– utiliser la fenêtre en carton pour cadrer
– photographier le proche et le lointain
– penser une image pour le noir et blanc
– photographier les animaux
– photographier des actions : ce qu’on fait avec l’eau ( boire, se laver, faire de la peinture, nager, s’éclabousser …)
– le sec et le mouillé
Les photos réalisées furent envoyées aux artistes par courriel afin que lors de leur retour puisse être préparé l’exposition dans l’école. Alors les enfants découvrent les tirages de leurs images, les manipulent et les collent sur des supports en carton peints, pour créer des encadrements puis ils trouvent un titre pour chacune des photos.

 

Stage photographique sténopé

À l’heure du tout numérique, un stage sur un procédé photographique historique – le sténopé – a été donné par le 11 mars 2013 par Marc Gourmelon aux jeunes de la MJC du Boulou encadrés par Cyrielle Cudel.

Ce stage avait pour finalité l’abord des fondamentaux de la photographie à travers un procédé archaïque, le sténopé. ont été ainsi abordés : compréhension d’un dispositif optique, prise de vue, production directe d’un négatif-papier en laboratoire et obtention d’une image positive après numérisation.

La simplicité du procédé (lenteur de la prise de vue, cadrage approximatif) se double de la magie de l’apparition d’images révélées immédiatement après la prise de vue. Paradoxalement, ce dispositif archaïque produit des images quasi-instantanées et substitue momentanément à l’immatérialité du numérique, des images tangibles.

 

photographie-stenope
Sabrina016 Neg Sabrina016
victorien013 Neg victorien013
Exposition des photographies de Claude Belime,
au lycée Paul Renouvier de Prades

La série Hors-saison a été exposée dans l’espace du lycée Paul Renouvier à Prades du 3 mai à fin juin 2014.

IMG_20140512_110513
IMG_20140512_105808IMG_20140512_105931

Ateliers 2012/2013

En passant

 

Nous sommes intervenus au collège climatique et sportif Pierre de Coubertin de Font Romeu durant l’année scolaire sur 2 ateliers, l’un spécifique avec une classe de troisième et l’autre avec 4 classes, une par niveau (sixième, cinquième, quatrième et troisième). Ces deux interventions basées sur le rapport photographique au paysage ont permis à l’artiste en résidence, Laëtitia Donval, d’intervenir auprès des élèves.
Les comptes rendus sont téléchargeables ici et .

 

J’adopte un paysage et la dynamique des paysages.

La photographie est par sa nature un médium efficace pour documenter l’état du monde et son évolution. En imposant un point de vue fixe et unique, elle a le pouvoir de synthétiser en son cadre une multitude d’informations tout en produisant une représentation formelle et sensible du monde. Entre art et document. L’observatoire photographique du paysage s’inscrit dans la longue tradition de la commande photographique, commencée dès 1851 par la Mission Héliographique. Cette tradition s’est poursuivie aux états-Unis par la commande de la Farm Security Administration (FSA) entre 1935 et 1942 qui documenta la vie rurale touchéepar la Grande Dépression, en France entre 1983 et 1988 la DATAR permit à des photographes de créer de nouvelles représentations du territoire.

L’adoption d’un paysage par les élèves et la mise en place d’un protocole de suivi dans le temps, sur une année scolaire, leur apprendront à observer, ressentir, analyser et s’approprier ce qui les entoure. Le choix du paysage se fera selon des critères esthétiques (beau, laid…), affectifs (paysage de son enfance, quotidien…), environnementaux (soumis à pression, pollution, aménagement…).
Ces critères de choix seront exprimés par la parole, l’écriture, et/ou le dessin. Sinon, il est aussi possible de s’appuyer sur des images d’époque pour comprendre les évolutions de ces paysages.
Chaque paysage fera l’objet d’une veille photographique. C’est-à-dire en reprenant exactement la même prise de vue. L’ensemble des clichés servira de base de travail pour analyser les composantes des paysages et leurs évolutions : description, analyse, ressenti, histoire, richesses, enjeux.

Une présentation de l’histoire de la photographie de paysages, adaptée suivant le niveau appréhendé, met en perspective de l’activité. Se pose alors la question des méthodes d’observation du paysage et notamment les observatoires du paysage.
Ensuite a lieu la présentation du Carnet d’adoption, de la fiche technique des moyens photographiques (téléphone ou autre, résolution nécessaire …)

Puis, suivant le niveau des élèves, les reconductions sont faites de manière autonome ou encadrée. Les images sont discutées, décrites et analysées (éléments la composant, différents plans…). Les séances intermédiaires permettent le visionnage des images, la construction du carnet d’adoption et les commentaires sur le choix et les évolutions du paysage.
L’utilisation d’un dessin sur papier calque permet de mettre en évidence les points importants et les lignes de celui-ci.
Dans un second temps, l’artiste photographe en résidence à Lumière d’Encre, Laetitia Donval
est intervenue pour expliquer son travail sur le paysage et faire intervenir les élèves sur le rapport «portrait-paysage».

Enfin, en sollicitant l’ensemble de la communauté éducative, construire une mosaïque des paysages du collège. Chaque membre de cette communauté devant prendre une photographie devant chez lui, suivant un protocole documentaire. L’ensemble des vues constituant le paysage commun.

 

Ateliers 2011/2012

En passant

J’adopte un paysage

Atelier artistique réalisé lors de la résidence d’artiste Lumière d’Encre par Geoffroy Mathieu au Lycée Déodat de séverac de Céret avec les classe du lycée professionnel de terminal comptabilité et de seconde métiers secrétariat et administratif.

Le projet:

Inviter les participants à adopter un paysage de leur quotidien. Sélectionnés selon différents critères ces paysages adoptés font l’objet d’une veille photographique sous la forme de reconductions et de travaux autour de la reprise de vue.
Le choix du paysage peut se faire selon des critères esthétiques ( beau, laid…) affectifs ( paysage de son enfance, quotidien…) environnementaux (soumis à pression, pollution, aménagement…). Ces critères de choix donneront place à la parole, à l’écriture, au dessin.

Chaque paysage fait l’objet d’une veille photographique, une fois par semaine. La veille se fait par des reconductions identiques grâce à la réalisation d’une fiche technique succincte. À chaque reprise de vue, un commentaire est possible (description des changements, analyse, ressenti)

Chaque paysage peut faire l’objet de recherches sur son histoire, ses composantes, son économie, sa végétation, ses problèmes, ses richesses. On peut éventuellement faire témoigner des anciens sur ce qu’était le paysage choisi, voir retrouver des images anciennes.

Les intervenants:

– Geoffroy MATHIEU, photographe.
– Marc Gourmelon, photographe.
– Jurgen BORGERS, professeur d’arts plastiques

Réalisation :

Séance 5 Mars :
– présentation générale et personnelle
– présentation de la résidence Lumière d’encre
– qu’est-ce qu’un observatoire du paysage ?
– la photographie de paysage.
Séance du 12 Mars :
– présentation de l’atelier « J’adopte un paysage »
– présentation du Carnet d’adoption.
– la fiche technique à remplir
– l’appareil photo : téléphone ou autre, résolution nécessaire
– l’envoi des photos par mail, adresse à créer.
– démonstration d’une prise de vue + fiche technique
Séance du 19 Mars :
– récolte des photos et des fiches techniques
phase d’écriture avec Marc Gourmelon :
– commentaire sur le choix du paysage.
– description de l’image, les éléments qui la compose, les différents plans de l’image.
– commentaire sur l’évolution…
Séance du 23 Avril :
– Séance intermédiaire, visionnage des images , analyse intermédiaire.
Séance du 7 Mai :
Intervention de Marc Gourmelon sur les commentaires, analyses, mise en page.
OU interprétation mémoire du paysage à redessiner.
Séance du 14 Mai :
– finalisation du carnet : faire une couverture, donner un titre.
Automne 2012 :
– exposition au CDI du lycée en octobre 2012 (du 1er octobre aux vacances de la Toussaint), alors que se réalisera à Argelès-sur-Mer l’exposition du travail réalisé lors de la résidence Lumière d’Encre par l’artiste Geoffroy Mathieu.

Conclusion:
Dans l’ensemble, il y a 63 prises de vue rendues par 17 élèves (environ deux tiers des élèves sur les deux classes) qui permettront de construire une exposition. La restitution n’est pas terminée et est prévue lors d’une exposition au CDI du lycée en octobre 2012 (du 1er octobre aux vacances de la Toussaint), alors que se réalisera à Argelès-sur-Mer l’exposition du travail réalisé lors de la résidence Lumière d’Encre par l’artiste Geoffroy Mathieu.

La bonne relation entre l’intervenant, le professeur et Lumière d’Encre a favorisé la réalisation et l’adaptation de ce projet. Après plusieurs reprises en main des élèves par l’enseignant et les intervenants, le nombre de photos et l’implication de deux tiers des élèves donnent, finalement, un résultat assez satisfaisant dans la mesure qui était possible avec les élèves du lycée professionnel.

Quelques images :

Déborah:

Photo 1 : 20/05/2012; 11h58

Photo 1 : 20/05/2012; 11h58

Photo 2 : 20/05/2012; 22h16

Photo 2 : 20/05/2012; 22h16

Photo 3: 27.05.2012 - 11h

Photo 3: 27.05.2012 - 11h

Position de la prise de vue, image de l’appareil en position de prise de vue afin de pouvoir refaire les futures prises de vues.1

Position de la prise de vue, image de l’appareil en position de prise de vue afin de pouvoir refaire les futures prises de vues.1

Position de la prise de vue, image de l’appareil en position de prise de vue afin de pouvoir refaire les futures prises de vues.2

Position de la prise de vue, image de l’appareil en position de prise de vue afin de pouvoir refaire les futures prises de vues.2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exemple 2 : Véronique

24 avril 2012 - 18h19

24 avril 2012 - 18h19

25 avril 2012 - 18h38

25 avril 2012 - 18h38

27 avril 2013 - 19h10

27 avril 2013 - 19h10

29 avril 2012 - 18h30

29 avril 2012 - 18h30

3 mai 2012 - 18h52

3 mai 2012 - 18h52

4 mai 2012 - 18h09

4 mai 2012 - 18h09

8 mai 2012 - 17h59

8 mai 2012 - 17h59

9 mai 2012 - 18h50

9 mai 2012 - 18h50

10 mai 2012 - 19h29

10 mai 2012 - 19h29

11 mai 2012 - 18h58

11 mai 2012 - 18h58

12 mai 2012 - 18h51

12 mai 2012 - 18h51

13 mai 2012 - 18h21

13 mai 2012 - 18h21