Octobre – Novembre 2019 : Carlos Barrantes, Le livre des morts

Carlos Barrantes.

Photographe, tireur, enseignant

Diplômé de l’École Nationale Supérieure de la Photographie, Arles, France.

en 1993, crée son atelier photographique artisanal. Spécialisé en Platinotypie et papier au charbon, auxquels il a ajouté le Platin0-chromie, un procédé d’hybridation photochimique-numérique, et les impressions pigmentaires numériques Digigraphie[1] /Fine Art, en N/B et en couleur.

Dans son atelier, Il réalise, d’une part des tirages argentiques traditionnels (FB). D’autre part, il y centre son travail et sa recherche sur des procédés historiques et alternatifs (papier salé et albumine, gomme bichromatée, cyanotype, Vandyke, etc.).

Tout d’abord installé à Palma de Majorque (Espagne), en 2006 il déplace son atelier dans le sud de la France, Perpignan. Il effectue ce travail pour des photographes, artistes plasticiens et institutions d’Espagne, de France ou d’Amérique Latine.

2005-2012, il réalise son projet de recherche « Les procédés de tirage photographique du XIXe siècle. Actualisation et insertion de la technologie numérique » en collaboration et avec le financement du Fondo Fotográfico del Museo Universidad de Navarra.

– Il dirige également des stages photographiques pour différentes universités et institutions (École Nationale Supérieure Louis Lumière, Paris, France; Institut National du Patrimoine, Paris, France; École Nationale Supérieure de la Photographie, Arles, France; Universidad de Navarra, Pampelune, Espagne; Universidad de la Laguna, Tenerife, Espagne; Fundació Miró, Majorque, Espagne; Institut National Supérieure des Arts et de l’Action Culturelle – INSAAC, et, Centre d’Art Bozart, Abidjan, Côte d’Ivoire; entre autres).

Il organise régulièrement des stages comme formateur à Paris, dans le cadre de la formation professionnelle continue, financée par l’AFDAS (Assurance Formation des Activités du Spectacle), pour la Maison des Artistes et l’AGESA.
atelier : http://www.carlosbarrantes.com

photographe : http://www.carlosbarrantes.com/art.html

 

Un jour j’ai appris ma mort, plus concrètement, j’ai eu conscience de ma mort,

ma chair était pourtant chaude, tendre, gémissante.

J’ai alors pensé au livre des morts. J’avais devant moi, comme dans le livre des morts Égyptien ou Tibétain, une succession de formules indépendantes permettant de donner aux morts, comme a moi, le moyen d’accomplir ses vœux, mes vœux. En fait,je voulais écrire un livre de renaissance, décrire un chemin qui mène des ténèbres vers la lumière.

Je souhaite que ce travail soit un ensemble photographique retraçant l’expression d’un rite de passage. Un temps suspendu, où l’ordinaire se réorganise, se remet en place. C’est une manière de donner un sens à un moment de crise, un moment de fragilité de l’existence, permettant de retrouver une perception apaisante.

Les tirages ont été réalisés en platine-chrome, un procédé photographique hybride, photochimique/numérique. Il s’agit d’un tirage positif noir et blanc + couleur, obtenu par contact avec le contretype/matrice (négatif au format de l’image finale), et exposé à la lumière UV.

 

 

Atelier Pédagogique avec les élèves du Lycée de Déodat de Séverac à Céret. L’objectif est de faire découvrir aux élèves le travaille de Carlos Barrantes.