Exposition : Un département, 3 fleuves; imaginaires de l’eau

Appel à projets pour la résidence Lumière d’Encre 2015 à Céret : Téléchargeable ici en pdf ou ici en format word et visible à cette page. Date limite d’envoi des dossiers : 1er juin 2015

– Exposition : territoire imaginaires, du 10 mai au 30 août 2015
à la Collection François Desnoyer de Saint-Cyprien, Vernissage le samedi 9 mai à 18h30
Ouverture de 14h à 18h, tous les jours sauf le lundi

Affiche 300px

– Exposition : Un département, 3 fleuves; imaginaires de l’eau
du 27 avril au 10 mai 2015 à la Capelleta, 14 rue Pierre Rameil 66400 Céret
ouverture 10h-12h et 14-18h et dimanche 14h-18h

Vernissage et signature : Mardi 28 avril à 18h30

Cette exposition clôture un cycle de trois résidences d’artistes photographes ayant eu la même thématique: l’eau.
Trois écritures photographiques pour aborder un sujet au centre des préoccupations économiques, sociales et politiques aujourd’hui et pour les décennies à venir, à travers chacun des 3 fleuves du département et de leur vallée:
Geoffroy Mathieu pour la vallée du Tech.
Laëtitia Donval pour la vallée de la Têt.
Anne Claire Broc’h et Gilles Pourtier
en binôme pour la vallée de l’Agly.

 3 fleuves 600x800Px

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geoffroy Mathieu a travaillé sur la vallée du Tech dans une approche alliant documentaire et poétique :
« Persuadé que le poétique n’est pas l’opposé du documentaire, mais son allié, j’ai choisi d’aborder le chaos qu’est le réel avec liberté…. Cela produisit un ensemble d’images très variées qui ont pris leur place dans le montage des planches. L’expérience vécue me permit au-delà de la découverte d’une vallée magnifique et de la rencontre de personnalités passionnantes d’expérimenter encore un peu plus la ligne de crête qui traverse chaque image, entre fidélité au réel et interprétation, entre véracité et imaginaire. »
Geoffroy Mathieu, septembre 2012
Laetitia Donval a construit son travail dans la vallée de la Têt sur le cheminement. Cette expérience l’a amené vers l’autre de plus en plus loin. La résidence de Lumière d’Encre l’a porté vers un inconnu, un paysage, des personnages, un pays singulier qu’elle a abordé avec sa photographie « organique ». Une expérience artistique d’immersion, entière et vivante, spontanée et onirique avec le fleuve comme perspective et comme guide. Un travail où se confronte son pays intérieur et un pays de contrastes, de dureté et d’évasion, pour une vision subjective du monde.
Enfin Anne-Claire Broc’h et Gilles Pourtier ont abordé le territoire et le paysage de l’eau de la vallée de l’Agly par la rencontre avec la géologie et avec les habitants. À une approche de collectionneurs de la géologie de la vallée, les artistes ont associé les images des paysages et des personnages rencontrés dans leur cheminement photographique de la naissance à l’embouchure du fleuve
« Pour cette mission photographique dans la vallée de l’Agly, nous nous sommes focalisés sur la géologie du terrain, au plus près du cours du fleuve. Mimant le processus d’observation du chercheur, nous avons procédé à des prélèvements de roches ensuite photographiés en studio… Considérant l’usage des paysages, notre parcours nous a menés à la rencontre des habitants de la vallée. Notre enquête renvoie à la culture viticole, elle-même dépendante de la géologie et de la présence de l’eau sur le territoire. Au final, c’est l’esprit d’un lieu que met en scène notre récit photographique. »
Anne-Claire Broc’h et Gilles Pourtier, septembre 2014

Les commentaires sont fermés.