Les mardis de Lumière d’Encre : Un récit photographique contemporain

Les mardis de Lumière d’encre : Mardi 24 février 2015 à 18h30 à la Galerie Lumière d’Encre à Céret

Nous aborderons le récit photographique contemporain, non pas comme une relation de l’écrit et de l’image, mais comme une construction de photographies.
Le récit, petit morceau du monde que l’on déploie, que l’on conforte et finalement que l’on partage, n’est autre qu’une suite, un discours qui joue sur l’ambiguïté du constat et de la fiction, et de sa chronologie.
Il invite à donner sens, cohérence et unité au chaos du monde.

Conférence coordonnée avec la sortie du numéro#15 de la revue photographique Regards (vers le 15 mars).

Avec Paul Ricoeur, nous pensons que le récit se construit en trois phases.
La précompréhension à travers le symbolique est l’acte initial et créateur, que pressent le photographe lorsqu’il préempte une partie du réel, qu’il cadre un éclat du monde.
La représentations est la synthèse d’un monde plus ou moins hétérogène. Cette phase constructive du récit par la mise en relation des images, crée des liens et des sens nouveaux.
La réappropriation par le lecteur ou le spectateur de la proposition artistique entre en écho avec ses propres représentations usuelles. Cette confrontation, cette rencontre, interroge le regardeur et doit lui permettre d’aiguiser sa compréhension du monde.

Peut-on encore parler de récit dans cette suite fragmentaire où la chronologie semble disparaître?
A l’instar du photographe qui présente un monde déstructuré c’est le regardeur qui en relie les images et relit un récit sous-jacent, latent, à l’aune de sa propre histoire. C’est un récit ouvert, d’un monde ouvert, proposé à la refiguration du spectateur qui en devient acteur, révélateur d’une narration souterraine.

Les commentaires sont fermés.